Menu

Processus de production

Le blé est transporté par camion, par train ou par bateau de navigation intérieure vers les meuneries où les bateaux sont déchargés. Le blé est d’abord pesé, échantillonné (échantillon fiable) et soumis à une série d’analyses. L’objectif consiste à contrôler le blé d’origine étrangère et de détecter d’éventuelles impuretés, de contrôler la teneur en humidité, la teneur en protéines et l’activité amylasique.



Nettoyage

Après avoir subi un pré-nettoyage (par tamisage ou par magnétisme), le blé est stocké dans le silo approprié en fonction de la qualité. Si nécessaire, le blé est encore séché avant d’être stocké jusqu’à ce qu’une teneur en humidité de 14-15,5% soit obtenue.

Les grains de blé subissent un nouveau nettoyage. Les grains provenant de lots différents (stockés dans les silos) sont mélangés à l’aide d’un appareil de dosage. Les proportions de mélange déterminent dans une large mesure les caractéristiques de la farine. Au lieu de mélanger différents lots de blé avant la mouture, la meunerie peut opter pour un mélange de farines de qualité différente. Tout dépend du choix de l’entreprise.

Conditionnement

Après avoir été mélangés, les grains de blé sont traités ( humidifiés ou chauffés) jusqu’à ce qu’une teneur en humidité de 17,5% soit obtenue. Ce “conditionnement” des blés est nécessaire pour optimiser les caractéristiques physiques des grains. Les grains de sons sont suffisamment élastiques, de sorte qu’ils ne se brisent pas lors du broyage et qu’ils peuvent être séparés facilement. Le blé est ensuite stocké dans un silo de repos pendant une certaine période

Processus de mouture et de réduction

Le blé conditionné est moulu à l’aide d’un appareil à cylindres qui casse, coupe, frotte et aplatit les grains. Dans une étape suivante, les parties qui constituent le blé sont séparées dans des tamiseurs (mailles de tailles différentes) : la farine, remoulage et une fraction grossière qui passe ensuite aux paires de cylindres suivants (au total, il peut y avoir 5 passages consécutifs à travers des concasseurs rouleaux). Le produit obtenu dans le dernier concasseur est tamisé pour obtenir de la farine, du remoulage et du son. Les germes sont libérés entre le 3ième et 4ième concasseur.

Les différentes fractions du remoulage sont acheminées vers un système de réduction avec une étape grossière et une étape fine. Ici les morceaux d’endosperme passent sous des rouleaux lisses, qui transforment les morceaux en farine. Les fractions restantes sont : la farine, les germes, le remoulage, le rebulet et la farine basse. Le rebulet et la farine basse sont les derniers flux connexes respectivement de l’étape grossière et de l’étape fine.

Fractions

Le processus de mouture et le processus de réduction donnent lieu aux fractions suivantes : la farine, les sons, le remoulage, le rebulet, la farine basse et les germes. Reste encore la fraction qui est le résultat du nettoyage des céréales préalablement à la mouture, appelée “criblures » . Cette dernière – destinée à l’alimentation animale – consiste en grains de céréales incomplètes ou plus petites, pailles, balles et autres graines.



Plus d'infos de notre secteur ?

Lire plus

© 2021 ARMB • TVA BE 0403.023.617
nouvelles - privacy policy - cookie policy - sitemap Quoted: Websites met méér
KVMB utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus   OK